La prochaie réunion des membres du Conseil d'Administration de l'AFAA est programmée au 20 octobre 2018, à Saint-Antoine-l'Abbaye à 14.00 (salle de la zone technique - caserne des pompiers).

L'ordre du jour est le suivant :

1. Encadrement de l’AFAA (bureau)

2. Communication par le Président des actions menées et des affaires en cours

3. Dissolution de l’ADA : mesures attendues pour l’AFAA

4. Les projets de l’AFAA pour l’année 2019  

 5. Assemblée générale 2019 (date et lieu)

6. Point sur les adhésions,

 7. Situation financière

8. Point sur la revue les Antonins

9. Questions diverses 

 

ARCHEOLOGIE PREVENTIVE  A SAINT-ANTOINE-L'ABBAYE)

(suite)
 
 
 
 

plan indiquant les bâtiments concernés par le diagnostic (Inrap)
 
Le diagnostic de l'Inrap, outre les indications sur les travaux et les remaniements exécutés à différentes époques, permet de situer l'emplacement du Grand Hôpital (dit des Démembrés).
Ceci grâce à cette fenêtre au linteau trilobé de facture médiévale (XIIIème ou XIVème siècle). 
Le mur dans laquelle elle est encastrée est le mur Ouest du Grand Hôpital réemployé dans l'édification de la Porterie.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les données recueillies ont fourni des informations inédites sur l’architecture du Grand Hôpital 
de Saint-
Antoine, même si elles ne sont que très partielles. Le Grand Hôpital
et l’Hôpital Neuf  qui lui a été adjoint, auraient formé un bâtiment unique d’environ 75 m de long à un étage sur 10 à 13 m de large.  
Détruit durant les guerres de religion, il ne sera pas 
reconstruit. Toutefois, l'étude a permis d’identifier quelques parties  
architecturales qui ont échappé  à la destruction et ont été reprises dans les constructions des XVIIème et XVIIème siècles.
 
 

 

LES HOPITAUX A SAINT ANTOINE L'ABBAYE

 
En cours 
 
 
Plusieurs hôpitaux ont été construits à Saint-Antoine-l'Abbaye.
 
1. Tout d'abord, le plus célèbre : le Grand Hôpital appelé aussi l'Hôpital des démembrés où étaient soignés (et gardés) les malades ayant perdu un membre
Il a été fondé au XIIème siècle par le Grand Maître Etienne  1er, deuxième Grand-Maître de la Maison de l'Aumône.
Selon Falco, Etienne serait décédé en  1131.
Par comparaison avec d’autres sites hospitaliers, le modèle de l’hôpital de Saint-Antoine semble être celui des salles médiévales de type « halle », celui de Tonnerre mesurait 80 m de long et celui de Dijon, un peu plus de 20 m.
L'hôpital sera doté d'une chapelle Sainte-Catherine consacrée en 1247.
 
En 1336, le frère Aymon Birrod fit construire un nouveau bâtiment, dit Hôpital nouveau jouxtant le Grand hôpital.
 
2. Le personnel  employé à l’accueil et au soin des accomplissaient un rôle d’encadrement. Désignés par l'Abbé, le Maître du pilon pour les hommes et une Maîtresse pour les femmes inspectaient les malades, distribuaient le traitement et organisaient  éventuellement leur vie définitive dans l’établissement antonin. Cet hôpital est dit « des démembrés » (Paravy1991 : 481) parce qu’il n’était pas rare que les hospitaliers tranchent eux-mêmes les parties noires (sic) des membres gangrenés pour soigner les malades. Des sources médiévales indiquent qu’il y avait encore en 1475, une centaine de malades.
D’après des notes anciennes recueillies par Dom H. Dijon, le Grand hôpital égalait à peu près en dimensions, celles du réfectoire monumental (construit
en 1470), dont il était en vis à vis. Il devait commencer au milieu du « grand potager » ou jardin clos actuel accolé au bâtiment C.
Sur le plan de 1787, le Grand hôpital (noté H) est placé en arrière de dépendances (annexes de la Maison de l’aumône) dans le jardin clos médiéval. 
Détruit lors des guerres de religion entre 1562 et 1597, le Grand hôpital n’a pas été reconstruit, les rares vestiges se sont probablement agrégés au bâtiment des Étrangers et à celui de l’ancienne Poste.
Un document daté du 10 janvier 13996 indique que des travaux importants ont été réalisés sur une des murailles de l’hôpital. Ces travaux sont
diligentés par Gauthier Gonardi, frère Durand Vignard et Guillaume Jalicot  et réalisés par Petrus Contanol latomis ou maçon.
Il s’agit de reprendre le mur sur une longueur totale qui se monte à 151,40 m, ce qui peut paraître énorme ; mais est précisé également que le maçon a posé «posuit seu bochetas lapidis » des corbeaux de pierre sous des poutres. Ces corbeaux de pierre induisent donc la présence d’un étage ;
d’où l’hypothèse suivante qu’il s’agit d’un chantier de reconstruction d’un des murs de l’hôpital, qui aurait une longueur effective de 75,70 m, soit la
moitié exacte de la longueur totale donnée par le texte. La présence d’un étage nous a incité à diviser la longueur totale par deux.
En plus de ce chantier, le maçon a posé un tuyau de pierre « quasdam canalis lapidis malo sane » au-dessus dudit hôpital. Le sens de « canalis » est un tuyau, canal en pierres et sa position topographique indique qu’il pourrait s’agir d’un canal de récupération des eaux pluviales. Le maçon Pierre Contanol a installé l’huisserie d’une porte en pierre « useriam seu portam lapideam » dans la maison de Girardini Tranchant voisine de l’hôpital. La porte dont il est question pourrait être une porte de communication directe avec l’hôpital. Girardin Tranchant travaille peut-être à l’hôpital, cette famille est connue à Saint-Antoine au XIVe et XVe s. selon les archives (49H1307).
D’après des notes anciennes recueillies par Dom H. Dijon, le Grand hôpital égalait à peu près en dimensions, celles du réfectoire monumental (45 m de
long environ), dont il était en vis-à-vis. La première information est erronée puisque d’après le texte de 1399, on aboutit à une longueur de 75,70 m.
Faut-il comprendre dans cette mesure de longueur totale, celle de l’hôpital neuf cité en 14017. Un report de cette longueur à l’échelle indique qu’il faut
englober l’aile des Étrangers et le bâtiment de l’ancienne poste pour arriver à ce chiffre.
Sur le plan de 1787, il est placé (noté H) en arrière de dépendances (annexes de la maison de l’aumône) dans le jardin clos médiéval. Détruit lors des guerres de religion entre 1562 et 1597, le grand hôpital n’a pas été reconstruit, les rares vestiges s’agrégeant probablement aux bâtiments des Étrangers et à celui de l’ancienne Poste
 
3. Les autres hôpitaux
Le soin de la maladie et le service hospitalier étaient partagés avec d’autres lieux de soins,
 
- l’hôpital de Fréchet est mentionné en 1342 (Paravy 2005), 6 ADR, 49H425, Quittance de 217 florins et demi et trois gros en faveur de Guillaume Jacquet recteur de l’hôpital, pour des travaux réalisés pour « septuaginta et quatuor teysis muris… ». Si on considère que la toise vaut 2,046 m, pour 74 toises on aboutit
à 151,40 m de long ; pour l’ajout de « mayerias seu somerios ». 7 ADR, 49H22, mention en 1401, de « hospitalis de novo juxta aliud hospitalis pauperi… ».
l’hôpital neuf ou « hospitalis de novo », est cité en 1401, était jointif
au grand hôpital. Il s’agit sans doute d’une extension, construite
sans doute pour pallier au manque de place.
 
- l’hôpital Saint-Jacques, ou de Bez(i)ers, ou des pèlerins, fondé en 1379  par Barthélémy de Monchal, céllerier de St- Antoine, puis évêque de Béziers (1384-1402). Ce bâtiment8 était construit près de la porte de Chatte dans l’enceinte de l’abbaye et voisinait avec un plassage appartenant audit hôpital. Ce plassage ou
chazal ruiné après les guerres de religion était situé « tout au long et derrier dudit hospital », il aurait pu constituer une salle d’accueil pour les autres malades.
 
- l’hôpital des pauvres femmes mentionné en 1401, ou « novo hospitali mulieres … », est situé dans la grande rue du bourg médiéval,
 
- l’hôpital de la maison Sti Julien, cité en 13489, était construit près de l’hôpital de Bezers, ou Saint-Jacques. S’agit-il du passage contigu à cet hôpital mentionné dans un acte postérieur, ce n’est pas exclu ?
 
- l’hôpital Vitien, mentionné en 1428, en même temps que l’hôpital de Luta10, sont voisins l’un de l’autre.
 
(sources : Rapport de l'INRAP - 2018)
 
 

 

 

Le 5 mars 2018, l'AFAA était invitée à la manifestation organisée par le Musée de saint-Antoine-l'Abbaye pour présenter la programmation de la saison 2018.

 

Le vice-président du Conseil départemental en charge de la Culture et du Patrimoine, Marie-Chantal Jolland, Maire de Saint-Antoine-l'Abbaye et

 Géraldine Mocellin, directrice du Musée, présidaient  cette sympathique  manifestation

 

Pour en savoir plus :

 

Le 18 novembre 2017, l'AFAA a organisé  son Conseil  d'Administration

 à Saint Antoine l'Abbaye.

Les échos de ce CA sont dans la revue les Antonins n° 28 de janvier 2018

 

RENCONTRES PATRIMOINE DES 7 ET 8 OCTOBRE 2017

 A SAINT MARCELLIN (suite)

 

Le public a pu découvrir à travers notre vidéo Saint Antoine et l'Abbatiale (fresques et statuaires) ainsi que les lieux antonins de par l'Europe et plus particulièrement les sites adhérents à notre association.

Une occasion encore de faire connaître l'AFAA et de vendre livres et revues de l'association.

 

 

Journées d'étude internationales des 15 et 16 septembre 2017

 

L'AFAA était présente à ces journées en tant qu'auditeur mais aussi de partenaire du Musée.

Elle a, à ce titre, présenté deux sites antonins toujours "vivants" :

 

l'ex-commanderie de Pondaurat (Gironde) et l'ex-commanderie de Sainte-Croix (Drôme)

 

Les gérant et propriétaire de ces ensembles se sont déplacés spécialement pour évoquer leurs activité et répondre aux questions posées

 

Caroline LIGOUY présidente de la SCIC Nouveau Monastère de Sainte Croix a présenté le Centre d'Accueil International qui continue de faire vivre le site.

 

Martine de Roquefeuil, propriétaire du Château des Antonins, le bien nommé, n'a pas hésité à faire 650 km pour présenter le Château des Antonins, domaine vinicole installé dans l'ex-commanderie et qui perpétue la tradition antonine de culture de la vigne.

 

                         

                                          

 

 

 

Le 8 juillet 2017 : inauguration de l'exposition de soie et d'ailleurs, à la croisée des chemins au Musée de Saint Antoine l'Abbaye avec Jean-Pierre Barbier, président du Conseil départemental de l'Isère.

 

Cette exposition est visible jusqu'au 8 octobre 2017

Elle se présente sous quatre angles d'approche qui sont quatre actions conduites par l’Ordre antonin au cours de son existence : Bâtir, Orner, Accueillir, Découvrir…

Bâtir : l’ordre antonin ne se limite pas à Saint-Antoine, mais il couvre toute l’Europe jusqu’à ses confins (Constantinople, Saint Jean d’Acre) de Commanderies, d’Hôpitaux, de Prieurés...

Orner : cela se traduit pas le souci de marquer son identité bien spécifique : le Tau , la châsse de saint Antoine et les reliquaires essaimés dans toutes ses Maisons, la crosse abbatiale, les retables, fresques et tableaux.

Accueillir : c’est la dimension médicale et sociale, souci premier et justification de l’Ordre depuis ses origines jusqu’aux chemins de pèlerinage.

Découvrir : la Connaissance dont le livre, marque significative du Saint, est le symbole, débouche sur la curiosité scientifique et artistique des Antonins, de la mesure du temps au cabinet de curiosités.

La soie n’est que prétexte pour constituer un fil d’Ariane tout au long de l’exposition.

Dans le cadre de celle-ci, l’AFAA a été sollicitée sous la forme d’un partenariat pour apporter ses connaissances sur les lieux antonins de France dont les propriétaires sont, pour une grande part, membres de l’association : Avignon, Pondaurat, Saint-Antoine d’Artiguelongue, Sainte Croix, Issenheim, Saint-Marc-la-Lande,  la Palomeyre, la Foucaudière, etc.

C'est ce qu'a rappellé Géraldine Mocellin, directrice du Musée, lors de l'accuei à cette inauguration, en remerciant   l’Association Française des amis des Antonins pour son éclairage sur le patrimoine antonin d’aujourd’hui.

 Bien sûr, à l'inauguration de cette expo, l'AFAA était présente..

    

 

 

LES JOURNEES ANTONINES DE L'AFAA  

des 8 et 9 avril 2017  

 

L'Assemblée générale de l'Association Française des Amis des Antonins s'est déroulée cette année à Saint-Antoine-l'Abbaye. 

Elle s'est inserée au sein de deux journées antonines, riches d'animations et de découvertes en partenariat avec la Mairie et le Musée de Saint Antoine ainsi que l'association des Amis des Antonins (ADA).

 

 

PROGRAMME DES JOURNEES ANTONINES ET ASSEMBLEE GENERALE

 

Samedi 8 avril 2017

9.00 : accueil  des participants - salon aux Gypseries

9.30 : Assemblée générale

11.00 : Coneil d'Administration

11.30 : Hommage à Gisèle Bricaults

Rencontre apéritive

12.30 : Repas d'honneur

14.30 : vsites de l'abbatiale, du Trésor, du village, du logis de l'abbé

17.30 : Récital par le groupe musical Cardamine

 

un retour aux chants et musiques du XIIIème et XVIIème siècles avec Cardamine

 

Dimanche 9 avril 2017

9.15 : Spiritualité de saint Antoine à l'Abbatiale (pour ceux qui le souhaitent) 

10.00 : départ pour Saint-Jean-le-Fromental et visite

12.00 : repas à La Calèche à Dionay 

1430 : visite du Musée (chroniques d'une abbaye, nouveau parcours permanent)

 

 

Quelques photos de Guy Aufauvre 

 

 

Visite de l'église abbatiale le 8 avril a/m

 

 

A Saint Jean le Fromental le 9 avril

 

 

afaa.secretariat@gmail.com

ou  06 89 86 46 18

 

 

 

Le n°26 de la revue Les Antonins de janvier 2017 est paru !

N'hésitez pas à le demander !

page publications

En tant qu'adhérent à l'AFAA vous l'avez reçu automatiquement 

page adhésion

 

Pour télécharger le BULLETIN DE DON 

 

 

 

PROGRAMME  

 

 

 
L'AFAA  a organisé ce 22 juin 2016 une rencontre originale.
La Médiathèque a aimablement prêté ses locaux et les habitants de Saint Antoine sont venus nombreux.
Gisèle Bricault, historienne antonine qu'il n'est plus nécessaire de présenter tant elle est connue, a raconté la vie de Saint Antoine au Moyen Age.
Son exposé sous forme très conviviale était abondamment illustré par un montage photos réalisé à cette occasion par l'AFAA.
Pendant 1heure 30 les participants ont écouté attentivement notre historienne et ont posé de nombreuses questions.
  
       
 
 
 

 

ASSEMBLEE GENERALE DU 11 JUIN 2016 

A SAINT MARC LA  LANDE (Deux Sèvres)

Le Compte rendu de l'assemblée générale est en cours de rédaction ; 

il sera adressé aux adhérents à l'issue.

Organisation, accueil, plaisir des retrouvailles, magie des lieux et du patrimoine antonin 

ont rapidement effacé la fatigue des kilomètres.

Article en cours de rédaction pour la revue les Antonins

 

     

de bas en haut et de gauche à droite :

panneau d'accueil : la Commanderie antonine

vue sur le jardin des simples

façade de la collégiale, chapelle de la Commanderie

les gîtes 

la Commanderie vue à partir du verger

salle d'accueil de la Commanderie

sculpture dans l'église

visite de la Commanderie par le Président de la Maison du Patrimoine, adhérent de l'AFAA, Raymond Sibileau

l'assemblée générale présidée par Jean de Chalon

le chanoine antonin sur  le toit de l'église

 

 

PROGRAMME

Voir le dépliant de présentation de ces deux journées

 dépliant saint marc la lande AG - 1.pdf (1909142)

 

Enfin, le lien avec la Maison du Patrimoine de Saint-Marc-la-Lande vous permettra de déouvrir l'association qui nous a accuiellis 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'occasion des festivités de la célbration de de la fête de saint Antoine le Grand, Philippe Saint Antoine, ancien trésorier de l'AFAA, remet le dernier numéro de la revue Les Antonins à Mgr Lagleize, évèque de Metz qui présidait la montée vers saint Antoine. 

Derrière eux, le maire (à g.) et le président du Foyer Saint-Erasme.   

 

MONTEE VERS SAINT ANTOINE - UFFHOLTZ - 16 JANVIER 2016

 

A Uffholtz, village viticole alsacien, la fête de saint Antoine le Grand a été célébrée avec faste le samedi 16 janvier 2016. C’est Mgr Jean-Christophe Lagleize, évêque de Metz, qui la présidait. L’évêque connait bien les Antonins puisqu’il a été 12 ans évêque de Valence et,  à ce titre, était venu plusieurs fois à Saint-Antoine-l’Abbaye. Avant lui, l’évêque de Grenoble Guy de Kérimel et le cardinal Philippe Barbarin ont également présidé la montée vers Saint-Antoine.

Lors d’une joyeuse et brillante réception d’accueil en mairie, l’évêque était reçu conjointement par le maire Jean-Paul Welterlen et le président du Foyer Saint-Erasme, Robert Bizzo. Il a reçu de nombreux cadeaux dont, notamment, un ouvrage sur les “Saints guérisseurs et protecteurs d’Alsace” dans lequel figure saint Antoine, la “Cuvée Saint-Antoine” élaborée par la Cave vinicole du Vieil-Armand et, plus insolite, un “passeport alsacien” qui permettra à l’évêque lorrain de mieux connaître l’Alsace.

Il a également reçu la revue « les Antonins »  (n° 24 de janvier 2016), éditée par  l’Association Française des Amis des Antonins (AFAA), des mains de Philippe Saint-Antoine, ancien trésorier de l’association.

Lors de la messe, animée par le Pfaff music band de Pfaffenheim, autre village viticole, et l’organiste Benoît Ruthmann, l’évêque a béni 600 pains qui ont été partagés par les centaines de fidèles, dont beaucoup ont dû rester debout par manque de place à l’église.

Après un concert musical, la célébration s’est achevée par “La marche de Radezky” qu’a jouée l’organiste, histoire de souhaiter à tous une bonne année. Les fidèles n’ont pas hésité à frapper des mains comme au bal du Nouvel An à Vienne !

Les visiteurs ont reçu une image-souvenir illustrée d’une  icône de Victor Fakhoury (Le Caire) représentant la rencontre des saints ermites Antoine et Paul dans le désert.

Dans l’assistance nous avons relevé la présence des soeurs Monique Gugenberger et Monique Tinguely de la Divine Providence de Ribeauvillé à Issenheim.

Puis, une longue file lumineuse est venue jusqu’à la chapelle de saint Antoine en forêt pour un chant et des prières.  Chacun a signé le registre du petit sanctuaire et dégusté un vin chaud salutaire. 

Des agapes ont réuni tout ce monde dans la salle des fêtes et les restaurants de la commune pour déguster le menu unique de Fleischschnacka. 

Pendant la soirée, l’un des animateurs de cette fête, Tharcise Meyer, membre de l’AFAA qu’il représentait, a pu remettre une série de “cochons d’honneur”. L’un a été donné à l’évêque et un autre à Dieter Sprich, président de l’association allemande de recherches antonines Antoniter-Forum et un autre encore à Catherine Saint-Antoine.

 

Tharcise Meyer

    

Les pains sont présentés aux fidèles par les compagnons du Sarto en costume d’apparat. 

Mgr Jean-Christophe Lagleize avec son “cochon d’honneur”. A côté de lui Monique Meyer et Tharcise Meyer.

La “promotion 2016” des “cochons d’honneur” avec Mgr Jean-Christophe Lagleize (2e à partir de la g.) Dieter Sprich (3e) Catherine Saint-Antoine (4e) et Tharcise Meyer (5e).

 

 

Les chrétiens d’Orient

Dans le cadre de la montée vers Saint-Antoine à Uffholtz (Alsace) l’Œuvre d’Orient de Paris propose une exposition sur le thème : “La grande aventure des chrétiens d’Orient”. L’exposition est visible à l’église Saint-Érasme d’Uffholtz du samedi 9 au dimanche 17 janvier, tous les jours de 9 h à 17 h. Dans cette période dramatique pour les chrétiens d’Orient, c’est l’occasion de mieux comprendre ces églises apostoliques, leurs rîtes et leurs communautés. Entrée libre. Possibilité de faire un don à l’Œuvre d’Orient.
Une bouteille de vin produit par les moines du monastère de saint Antoine en Egypte (Collection et photo Tharcise Meyer).

Actualités

 
 

La  Saint-Antoine en Alsace
Le village d’UFFHOLTZ en Alsace organise la traditionnelle montée vers Saint-Antoine samedi 16 janvier 2016 sous la présidence de l’évêque de Metz Mgr Jean-Christophe Lagleize.
La fête commence par l’accueil en mairie à 15 h 30 avec une animation par la chorale de l’Amitié et en présence des dignitaires de la Compagnie du SARTO. A 17 h l’évêque préside la messe patronale avec l’animation musicale par la musique Pfaff Music Band de Pfaffenheim et la chorale Sainte-Cécile. Après la messe, petit concert, distribution et partage  des pains de saint Antoine puis marche vers la chapelle de saint Antoine en forêt pour une courte veillée. Vin chaud pour tous. 
Au retour, agapes dans la salle du Foyer Saint-Érasme et à l’Auberge du relais. C’est la plus importante fête de saint Antoine en France.
En savoir plus et inscriptions aux agapes : Foyer Saint-Érasme Monique Meyer 03 89 75 52 12 ou 06 72 79 47 50 
ou par mail tharcise.meyer@orange.fr
 
 

 

 

Le samedi 5 décembre à 14.00 , le bureau de l'AFAA s'est réuni,

 à Saint-Antoine-l'Abbaye.

A compter du 1er janvier 2016, changement de secrétaire : Danièle Piguet remplacera Michelle Sheehan qui a oeuvré depuis de nombreuses années et a souhaité être relevée.
 
 
 
 
 

Le jeudi 12 novembre à 14.00, les adhérents à l'association de soutien au CERCOR 

 

             (Centre Européen de Recherche sur les Congrégations et les Ordres Religieux)

 sont convoqués en Assemblée générale le jeudi 12 novembre 2015

à Saint-Etienne

L'AFAA est représentée à cette AG par trois de ses membres.
 
 
 
 

Dimanche 4 octobre à Saint-Antoine : 

Journée des associations  

Les associations locales volontaires ont posé leurs tréteaux dans la Grande Cour et ont présenté stands, saynètes, chorales, manifestations de toutes sortes.

L'ADA et l'AFAA n'étaient pas en reste avec un stand dans le bureau des Guides, sous le porche d'entrée. L'ADA a proposé des visites gratuites et l'AFAA un atelier de recherches d'archives animé par Gisèle Bricault, notre historienne de l'Ordre antonin. 

 
 
le stand AFAA/ADA
 
La présentation de l'AFAA

 

SPECIAL ASSEMBLEE GENERALE DE L'AFAA à Issemheim (Haut-Rhin)

le 6 septembre 2015
 
 
 

   

Issenheim (Haut Rhin) est le lieu d'une ancienne préceptorie antonine célèbre par son retable (de Mathias Grünewald) qui ornait le maître-autel de l'église. Le couvent des antonins a été partiellement préservé mais un incendie au 19ème s. a déruit l'église initiale qui a été remplacée par une église néo-gothique. Le retable, déménagé à la Révolution, est visible maintenant au musée Unterlinden de Colmar.

 (provisoirement pedant les travaux, à l'église des Dominicains).  

la Commanderie antonine d'Issenheim  

 

L'assemblée générale de  l'AFAA s'est déroulée le 6 septembre 2015 à Issenheim. La veille, une journée antonine a été organisée permettant de visiter : Colmar (retable antonin de Matthias Grunewald), Nimburg (site antonin), Fribourg (cathédrale Notre-Dame), Ottmarsheim (église romane octogonale). Les participants ont pu également visiter l'ancien "couvent" des antonins et rencontré la Congrégation des soeurs enseignantes de la Providence de Ribeauvillé , gardiennes des lieux, ainsi que des représentants de l'association les Amis de la Maison des Antonins d'Issenheim.

 

 

 
 
 
Vous pouvez prendre connaissance du déroulement de ces trois journées antonines en consultant le compte rendu ci-dessous :
 
 
 
 
 
 
Pour toute question, utilisez le formulaire : contacts et liens 
 
ou à partir de votre messagerie joignez le secretariat de l'AFAA : afaa.secretariat@orange.fr
 
--------------------------------------------------------------------------------------