au jour le jour

Cette page, sous forme de blog, est celle du partage des découvertes de nos adhérents, d'informations nouvelles sur l'Ordre antonin, des questions posées par les internautes....   

1er Mai 2022 : un clin d'œil de notre adhérent Philippe Saint Antoine

            Tomi Ungerer et sa tentation de saint Antoine

Jean-Thomas Ungerer, dit Tomi Ungerer, né le 28 novembre 1931 à Strasbourg et mort le 9 février 2019 à Cork en Irlande, est un dessinateur, illustrateur et auteur alsacien de nationalité française.

La première influence, et sans doute la plus importante, fut pour Tomi Ungerer la découverte, très jeune du retable d'Issenheim de Mathias Grünewald. On en retrouve un détail dans l'Apprenti-Sorcier : le corbeau apportant du pain à saint Paul dans le tableau illustrant la tentation de saint Antoine texte de Paul BOEGLIN dans l'ouvrage Mon Alsace éditions La Nuée Bleue 1997

Considéré comme un des plus brillants dessinateurs de sa génération, il a mené à partir de 1957 une carrière internationale dans de nombreux domaines des arts graphiques. Parmi ses livres pour enfants, plusieurs ont connu un succès international, comme Les Trois Brigands (1961) ou Jean de la Lune (1966). Célèbres aussi sont ses affiches contre la guerre du Viêt Nam et la ségrégation raciale aux États-Unis. L'artiste est avant tout un fin observateur de la société de son temps. Il a ainsi livré une satire virulente de certains aspects de la société américaine, dans l'esprit de Daumier et de Grosz. Créateur multiforme, il s'est également intéressé à la sculpture et a écrit de nombreux textes, dont plusieurs autobiographiques. Un musée lui est consacré à Strasbourg. (Source  Wipikédia)

4 Mai 2022 : de Christian Maurel  

Trouvé sur le site du Musée d'Orsay (publié avec l'autorisation du Musée)

Saint-Antoine (Isère) - Ensemble ouest, église Saint-Antoine, 

                                                   en 1851

Edouard Denis Baldus (1813-1889) : Saint-Antoine (Isère) - Ensemble ouest, église Saint-Antoine, en 1851, Négatif papier gélatiné - H. 21,0 ; L. 29,0 cm.,

                       ©Musée d'Orsay, Dist. RMN-Grand Palais /Alexis Brandt

Provenance

- 1851, acquis après commande passée par le ministère de l'Intérieur le 26 juin 1851, sur avis de la commission des Monuments historiques, aux photographes Baldus, Bayard, Le Secq, Le Gray et Mestral (mission héliographique).

- 1852, le 24 septembre, réception définitive par le directeur des Beaux-Arts des photographies commandées (à l'exception de celles de Bayard). 

- 1982, déposé au musée d'Orsay par les Archives photographiques


BibliographieMondenard, Anne de, La Mission héliographique : cinq photographes parcourent la France en 1851, [Exposition, Paris, Maison européenne de la photographie, 2002], Paris, Monum ; Éditions du patrimoine, 2001, n°242 page 290 plus reproduction page 102

Pour en savoir plus :  ©Musée d'Orsay, Dist. RMN-Grand Palais /Alexis Brand



26 mars 2022 : A Norges, près de Dijon, en visite chez notre adhérent Daniel Couturier, de Brétigny (Côte d'Or)


Norges (Côte d'Or) était le lieu d'une importante Commanderie principale de l'Ordre de Saint Antoine dont dépendaient Saint-Antoine d'Etais, fondé en 1207 et la Commanderie de La Marche-sur-Saône (1202), rattachée d'abord à la Commanderie de Besançon, puis passée à celle de Chalon-sur-Saône en 1743.

Cette commanderie "possédait avec la seigneurie de Norges, 600 journaux de terres arables, 34 soitures de près, 203 arpents de bois, un moulin et des fentes et cens portant lods sur Ogny, Bretigny, Ahuy, Pouilly et Flacey". (César Lavirotte - Mémoire Statistique sur les Etablissements des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bourgogne).

Hélas, il n'en reste plus grand chose : les caves de la Commanderie (XIII° s.) sur lesquelles a été contruit un château au XIX° s. et une chapelle qui est peut-être tout simplement un pigeonnier porche ou à ailerons. 

Nous avons pu entrevoir en réemploi un linteau de cheminée dans un maisons voisine, mentionnant la date de 1710 et orné d'un Tau.

Plus remarquable encore et plus émouvant, dans le jardin attenant ce qu'il reste d'une statue de saint Antoine dont la face a été élimée et reconnaissable malgré tout grace au livre censé être tenu par sa main gauche, à son manteau et sa capuche, éléments du vêtement de l'ordre antonin.

Un historique de la Commanderie de Norges sera proposé dans notre prochaine revue. (CM)


13 mars 2022 : une info de Georges Fréchet et de Bernard Giroud

Restauration de l'église abbatiale, une facture presque multipliée par huit

 

14 janvier 2022 :  Un manuscrit antonin acquis par notre adhérent, Philippe Saint-Antoine

Il s'agit de la Commanderie Lamarche sur Saône (Côte d'Or), dépendante d'Aumonières,  canton d'Auxonne. En 1202 est fondée la commanderie de Saint Antoine unie à la Commanderie de Besançon jusqu'en 1743, puis à celle de Chalon sur Saône (Courtépée C., Description générale et particulière du duché de Bourgogne, volume 2, Causse, Dijon, 1777. p. 435-437.).

                                                                                                                                   Transcription du texte (Georges Fréchet)

"L'an mil sept cent quarante un le 18 octobre après midy à La Marche Jaque Boullier not en la barronie dudit La Marche y résidant soubsigné et en presence des témoins cy après nommés ont comparu en leur personnes Anthoine Brulbault laboureur à la commanderie de Saint-Anthoine proche du dit La Marche, et de son hoctorité Hélenne Coppas sa femme...lesquelles font part sasn discussion vendre cédé.. transporter perpetuellement pour eux et ayant cause un journal de terre labourable situé au finage de La Marche lieudit au Babelot joignant de soleil levant Mr du Pont d'Auxonne

les parties moyennant le prix et somme de 60 livres qui sont été payé contant par ledit acheteur ausdit vendeur presantement en bonne monnoie de le royaume ayant cour avec le vin ordinaire et trente sols pour les ettreinnes de lad Coppas dont et dû tous, ledit Brulbault et Coppas sadi femme sont contant et en quitte led Jean Lardin acheteur et l'ont invettés et invette dudit journal des terres par eux vendues pour luy et les siens et ses sussesseurs avec la conduite et la garantie necessaire ; acceptant de ce jourd'huy ledit acheteur en la vraye et reelle possession jouissance. Et pour la seureté d'icelle lesdits Brulbault et Coppa solidairement en ont obligés leurs biens de presant et ceusses à l'avenir..

Che fait lue et passé en presence des sieurs Claude Mugnié marchand à La dite Marche et Jean Brulbault recteur d'escolle au même lieu temoins requis et soubsigné avec moi led notaire et ceux le sachant faire, qaunt aud Brulbaul et Coppas vedneur ont declaré ne le savoir faire.

Signé sur la minutte Mugnier Brulbault Lardin et Boullier not.

Coontrollé .. à Pontallier le dix huit octobre 1741 signé Grignet reçu 26 sols.. Boullier."

Novembre 2021 de Philippe Saint-Antoine

Nous avons visité l'ex-commanderie antonine d'Aumonières sur la commune de Pierrecourt (Haute Marne)

 

26.09.2021 de Philippe Saint Antoine 

           UN MANUSCRIT ANTONIN DE 1625

Chapelle Saint Michel (actuellement salle du Trésor) de l'église abbatiale de Saint Antoine de Viennois, autrefois lieu du chef d'ordre antonin.

Acquis aux enchères par internet sur le marché américain, il était en très mauvais état. Confié à un restaurateur spécialiste des parchemins aux musées de Strasbourg, il a retrouvé une meilleure présentation mais reste difficilement déchiffrable. Il a sans doute subi une tentative de défroissage à la vapeur d'eau, traitement à éviter.

Difficilement déchiffrable, il l'est, au point d'ignorer l'objet de cette réunion du chapitre 

20.10.2021 de Jean-Claude Potié

SUR LE PARVIS DE L'EGLISE ABBATIALE DE SAINT ANTOINE

Des blocs romains du trottoir intérieur du mur de soutènement du parvis de l'église abbatiale de Saint Antoine 

Extrait de la brochure La Pierre et l'Ecrit n°27 de 2016 (cliché Jean-Pascal Jospin)

Relevé des blocs de pierre romains, relevé et dessin de Yann Bonfand
Relevé des blocs de pierre romains, relevé et dessin de Yann Bonfand

 antonin. A ce chapitre se trouvaient quelques commandeurs connus dont Jean Chabert, commandeur de Saint Médard (le traducteur de l'Antonianae Historiae d'Aymar Falco). On trouveégalement le Commandeur de Sainte-Croix, de Rouen, de Montferrand, de Montpellier, etc.

Philippe Saint-Antoine, a fait encadrer ce manuscrit et l'a offert à l'association. Il sera placé dans la salle AFAA dans le bâtiment des Etrangers à Saint-Antoine-l'Abbaye. Si quelqu'un peut nous aider à le déchiffrer, d'avance, merci.

porte au linteau marqué du Tau antonin (photo extraite du site "La France médiévale")
porte au linteau marqué du Tau antonin (photo extraite du site "La France médiévale")

30.10.2021 de Tharcise Meyer

             ENIGME AU POET-LAVAL (Drôme)

Le Poët-Laval, cité de l'Ordre hospitalier de Saint Jean de Jérusalem (Ordre de Malte) présente au hasard de ses ruelles une porte dont le linteau est marqué du Tau des Hospitaliers antonin..

Le Tau (photo Cécile Roth-Modanese - doct.hist.)
Le Tau (photo Cécile Roth-Modanese - doct.hist.)

le manuscrit, état actuel
le manuscrit, état actuel
A droite, la Commanderie antonine, à gauche, Commanderie templière, en arrière clocher de l'église Saint Thomas
A droite, la Commanderie antonine, à gauche, Commanderie templière, en arrière clocher de l'église Saint Thomas

La Commanderie Saint Antoine d'Excideuil 

07/07/2021  de Christian Maurel

De passage en Dordogne, dans une petite cité de caractère chargée d'histoire et de monuments bien entretenus, redécouverte du bâtiment en état d'une commanderie antonine.  

A Excideuil, outre la rue Saint Antoine, au cœur du Quartier du même nom, on trouve également l'emplacement d'une porte Saint Antoine. C'est la Commanderie (propriété privée) qui attire plus particuliè-rement le regard avec ses belles façades et sa tour. Elle jouxte pratiquement une ancienne commanderie templière également surmontée d'une tour. 

Nous reviendrons sur ce lieu remarquable dans notre revue et notre rubrique "Lieux antonins".

              07/07/2021 - de notre adhérent Philippe Saint-Antoine

               Reportage de TV7, la Télévision locale de Colmar

                                                       voir la vidéo

La restauration du Retable d'Issenheim amorce sa phase finale

Des panneaux peints entièrement restaurés et des encadrements révélés...

Courant mai, les restaurateurs ont procédé à la réintégration picturale des panneaux les plus emblématiques ; l'Annonciation, la Résurrection et la Crucifixion. Le ciel de ce dernier ensemble, particulièrement endommagé, aura nécessité trois semaines d'intervention pour retrouver les couleurs de Matthias Grünewald.

Au mois de juin, ce sont les restaurateurs support bois et encadrements qui sont entrés en action pour le remontage des panneaux latéraux (Saint-Sébastien et Saint-Antoine) et de la prédelle. Après des mois de travail dans les ateliers du centre de restauration de Vesoul, leurs encadrements sont revenus à Colmar, métamorphosés. Une étape qui marque un tournant dans la restauration qui devrait se conclure à l'automne avec le dégagement des repeints sur l'encadrement de la Crucifixion.

 

"Regardez ce Christ en ivoire d'un caractère si étrange par son excessive maigreur : l'agonie brûlante de la Passion a desséché son corps, il lui reste à peine assez de chair pour consommer le sacrifice de la rédemption , ses muscles se raidissent à découvert, ses longs cheveux pendent en désordre sur son front, une sueur de sang ruisselle sur sa face convulsive, sa bouche semble jeter un cri terrible de douleur. Il faut que l'artiste ait pensé qu'il y avait bien de l'amertume au fond du calice que l'ange présenta au Sauveur dans le jardin des Olives. Jamais je n'ai vu sur la croix un combat aussi violent de la vie et de la mort." (Vital-Berthin - 1838)

Vu et revu par un de nos adhérents : 

le Christ en ivoire de Saint Antoine l'Abbaye 

Jalousement gardé, c'est un Christ en ivoire admirable. On en connait ni l'auteur, ni la date exacte de réalisation. (XV/XVIème siècles).

Il est visible de manière détaillée sur le site internet "Ecran de nuit/Christs d'exception" à l'adresse suivante :   Christs d'exception

Un site à voir !

13/06/2021

"Il serait l'œuvre patiente d`un religieux antonin qui s`est efforcé de faire rendre à l'ivoire la triple expression de la douleur résignée, de la douleur sans consolation et du cri suprême dans les affres de la mort. C'est en tout cas, l`œuvre d'un habile anatomiste; et si l'on pourrait lui souhaiter une inspiration plus idéalisée, plus conforme au type divin de Celui qui, bien qu'expirant sur un gibet, était Dieu, et ne devait rien avoir de l'aspect d'un supplicié ordinaire, il est impossible de refuser à cette pièce d`art le mérite d`une exécution parfaite dans son genre et merveilleusement étudiée." (Dom H. Dijon - 1902)

06/05/2021

Une découverte d'une de nos adhérentes

Le Monastère de Saint-Antoine près de la Mer rouge 

(Publications de l'Institut français d'archéologie orientale du Caire)

LES PEINTURES DU MONASTERE DE SAINT ANTOINE PRES DE LA MER ROUGE

Mémoires publiées par les membres de l'Institut français d'archéologie orientale 112, IFAO, Le Caire, 1995-7. Première édition. Folio, 194 pages, 115 planches. Ouvrage difficile à trouver en librairie classique mais on peut le commander sur le site de l'  IFAO  (Institut Français d'Archéologie Orientale - Le Caire) au tarif de 60 € les 2 volumes + frais de port.

Le Monastère de Saint Antoine (monastère copte orthodoxe) est situé en pleine montagne à quelques encablures de la Mer Rouge. Fondé par les disciples de saint Antoine à la fin du IVème siècle, il est le plus ancien monastère chrétien au monde. 

05/05/2021 Le retable d'Issenheim 

Vu sur le site du Musée Unterlinden de Colmar, le point sur la restauration du célèbre retable antonin initiée le 18 septembre 2018. C'est une œuvre d'art de renommée internationale provenant de la Préceptorie de l'Ordre de Saint Antoine d'Issenheim et commandée entre 1512 et 1516 par le Précepteur Guy de Guers.

                                Voir la video du Musée Unterlinden  

Que savons-nous du Royaume du Prêtre Jean ?

Le royaume du prêtre Jean était un État chrétien nestorien situé en Orient, attesté par plusieurs voyageurs européens des XIIe et XIIIe siècles (dont Hugues de Gabala, Guillaume de Rubrouck et Marco Polo).

Néanmoins, les recherches ultérieures des Européens pour le situer précisément (Inde, Empire mongol, Asie centrale, Afrique de l'Est) s'avéreront toutes infructueuses et vont progressivement transformer le royaume en contrée mythique. Au XIVe siècle, certains situaient ce royaume en Éthiopie.

(wipikedia)

13/03/2021

D'un de nos adhérents

Lors de nos recherches antonines nous avons eu accès à cet ouvrage (image de droite) écrit en 1632 en espagnol et traduit par un religieux de l'Ordre de Saint Antoine (?). On cite le nom de Jean Balthazar (ou Baltazar).

Le livre est dédié à Antoine Brunel de Gramont, abbé de l'Ordre de Saint Antoine en Viennois à cette époque (1632). Il évoque l'existence d'un ordre religieux et militaire en Ethiopie, créé sous le règne de l'empereur Jean, ou Jean le Saint ou Prêtre Jean, contre les hérétiques, notamment les Ariens, et contre les "Mores"... Il fait état de liens naturels entre cet ordre et celui de Saint Antoine en Viennois et de la volonté de les maintenir.

Un ouvrage également trouvé "HISTOIRE DES ORDRES RELIGIEUX ET MILITAIRES" (du R.P.  Hippolyte Helyot) tient cet ordre éthiopien comme une fable (ainsi que l'existence du Prêtre Jean et du lieu où aurait pu se situer son royaume). Ci-dessous un chevalier de cet ordre supposé.

Gaston de Vienne
Gaston de Vienne

14/02/2021 

d'un de nos adhérents (CM) : Une gravure de Michel Van Lochom, graveur et éditeur flamand (1604-1647).  

d'après le récit d'Aymar Falco, historiographe de l'Ordre antonin, 

et représentant Gaston de la Valloire dit aussi Gaston de Vienne, le fondateur de la Maison de l'Aumône saint Antoine avec son fils Gérin et huit "frères". Il en fut également le premier Grand- Maître

 Traduction des textes (d'Albert Christlen) :

 Inscription sur l'autel : "Reliques du corps de St Antoine, translation en Gaule l'an du Seigneur 1070".

Texte en frontispice : "Noble et pieux Dauphin, 8 frères, lui-même et son fils unique, ont fondé l'ordre du bienheureux Antoine. Notez que l'influence de sa vie a communiqué aux pauvres, son amour brûlant pour Dieu. L'an du Seigneur 1095 ".

Pour en savoir plus :  le prochain numéro de notre revue (juillet 2021)

14/02/2021

d'un de nos adhérents, Charles Robbez-Masson, ©. Robbez Masson/D. Page:

Une magnifique statue en bois de Saint Antoine avec, à ses pieds, le feu du même nom. Son regard est intense, la chevelure bouclée. La barbe est bifide, ce qui lui confère une ancienneté certaine (XV° s. ?), pas de trace de Tau sur le vêtement. Parmi les attributs, le livre, la canne dont le pommeau est brisé (Collection particulière, Eze,).

Le cochon est absent peut-être dévoré par l'humidité et les insectes xylophages. 

Cette statue, qui a souffert mais dont l'allure reste très altière,  provient de la de la chapelle de l'ancienne abbaye Saint Martin de l'Aigue à Beaune (sur cette abbaye : voir l'ouvrage d'Edmond Quentin, librairie Antonin Devis), 

Elle fut la propriété de la famille Ponnelle, négociant en vins de Bourgogne en 1890. 

14/02/2021  

du même adhérent (église d'Eze) ©. Robbez Masson/D. Page

Une association de saint Antoine et de saint Sébastien a déjà été observée maintes fois mais celle  de saint Antoine avec Saint Grat, est plutôt rare.  Pour en savoir plus : prochaine revue n° 35 (juillet 2021).

12/01/2021  

La redécouverte de Pierre de Sanejan se poursuit avec le livre "L'homme inconnu, Vie du vénérable Pierre de Sanejehan, premier supérieur réformé de l'Ordre de Saint Antoine de Viennois" par Jean de Loyac (1693). 

22/12/2020  

Découverte d'un de nos adhérents : une remarquable tapisserie en laine d'Aubusson du XVIIIème siècle représentant saint Antoine le Grand, avec l'essentiel de ses attributs : son bâton, une clochette, un livre et un cochon..

Le personnage de droite est sans doute un saint abbé (il a la crosse tournée vers lui) : saint Bernard, Bruno ou Benoit ?

Une végétation luxuriante, reprise en bordure, sert de décor. En perspective, pour chaque personnage, est associée une église différente ; derrière saint Antoine, vraisemblablement, son ermitage. 

( H 250 cm - L 300 cm). 

21/01/2021 - Rediffusion 

Visite de l'AFAA chez les Amis du Vieil Allanche - AG octobre 2012

Extrait du journal LA MONTAGNE (7.10.2012)

Des membres de l'Association Française des Amis des Antonins sont venus dans le Cantal. Cette association, établie à l'abbaye de Saint-Antoine (Isère) qui fut le siège du grand maître de l'ordre pendant plusieurs siècles, avait choisi de tenir son assemblée générale à Allanche, à l'initiative des Amis du vieil Allanche. Originaires de divers horizons (Rhône-Alpes, Franche-Comté, Bourgogne et Alsace), ils ont apprécié le Cézallier, ses vallées, ses villages et surtout ses églises où saint Antoine l'Égyptien semble régner en maître. A la suite de leur réunion statutaire, ils ont visité les environs suivant un itinéraire qui les a menés de Vernols à Chalinargues à travers la forêt de la Piniatelle en passant par Cézerat et le lac du Pêcher, puis à Moissac, avant un retour à Allanche. Il ont apprécié, à partir de Cézerat,  la situation de l'ancien site de la Commanderie de Saint Antoine des Feuillades  où étaient soignés les malades atteints du Mal des ardents (ergotisme).

06/12/2020                                         Pierre de Sanejehan, antonin remarquable 

Né le 5 janvier 1571 dans le Limousin, Pierre de Sanejehan alla à vingt ans étudier au collège des Jésuites de Bourges, tout en gagnant sa vie comme domestique (1591-1596). Précepteur pendant quelques mois, il part en pèlerinage à Rome. Il en revient par Marseille et Grenoble. Il entend parler d'Antoine Tolosain, Abbé de l'Ordre de Saint-Antoine (1597-1615) qui lutte alors pour la réforme intérieure de sa congrégation. Sur ses conseils, il entre à l'abbaye de Saint Antoine en Viennois comme novice. Il fait ses voeux le 2 février 1599 et remplit diverses fonctions à Saint Antoine et Marnans.  Il est alors appelé à Paris en fin 1618 par l'abbé général Antoine Brunel de Grammont, successeur de Tolosain, afin d'implanter la réforme à la Commanderie du Petit-Saint-Antoine. En 1620, il sera, pour les mêmes raisons, à la Commanderie de Lyon puis à la Maison Mère. Le R.P. Sanejehan meurt le 6 juillet 1625 à Saint-Antoine. Parmi les ouvrages qu'il a rédigés, on cite les  "Ecrits et Exhortations du R.P. Pierre de Sanejehan" qui sont destinées aux religieux de l'Ordre de Saint Antoine. 

Un article sur cet éminent personnage antonin figurera au sommaire d'une prochaine revue.        

Ecrits et exhortations du RP Sanejan
Ecrits et exhortations du RP Sanejan

06/12/2020                     Retable d'Issenheim, restauration : suite

La restauration des panneaux peints du retable se poursuit. Cette intervention, qu'on appelle la réintégration picturale, concerne l'ensemble des panneaux des premières et deuxièmes ouvertures avec notamment la Vierge à l'enfant ; sont concernés également les panneaux entourant la Crucifixion à savoir le Prédelle, le Saint Sébastien et le Saint Antoine.

Revivre la restauration du retable sur TV7

24/10/2020 Le retable d'Issenheim (ou d'Isenheim), consacré à saint Antoine le Grand, provient de la Commanderie des Antonins d'Issenheim (Haut-Rhin) où il ornait le maître-autel de l'église. Il est l'œuvre de deux grands maîtres allemands du gothique tardif : le peintre Matthias Grünewald pour les panneaux peints (1512-1516) et Nicolas de Haguenau pour la partie sculptée (autour de 1490). Il avait été commandé par Guy Guers,  précepteur d'Issenheim. 

Il est conservé au musée Unterlinden de Colmar.  

Revivre la restauration du retable sur TV7

14/09/2020 :  découverte d'un adhérent en chinant dans les brocantes d'une bannière de procession en tôle peinte avec son bougeoir d'origine, travail français datant du début du XIXe s.

21/09/2020 : découverte d'un adhérent :  Accueil des malades à l'entrée de l'abbaye de Saint Antoine de Viennois. Peinture d'Ernest Board  (1877-1934) Engeland.  

28/10/2020   Prieuré antonin de Valchevrières (Vercors) 

Une internaute nous écrit : "Je fais des recherches sur Valchevrières et notamment sur le prieuré du dit lieu les églises. Auriez vous quelques renseignement sur ce prieuré s'il vous plait ? " 

Le Prieuré de Valchevrières relevait des Bénédictins de Montmajour et desservait la paroisse de Saint Bonnet du Villard. Confié en 1297 aux Antonins, il devint une simple maison de quête qui dépendait de la préceptorie de Pont-en-Royans, elle même dépendant de Saint Croix.

Un article de Michel Wullschlegger est paru dans la revue les Antonins n° 19 de juin 2013. 

L'article a été adressé le 30.10 à notre internaute. Il est possible de le télécharger ci-dessous.

31/10/2020 Retable d'Issenheim, la restauration (suite)

Le 1er septembre, la chapelle du Musée accueillait de nouveau les restaurateurs pour une opération délicate mais nécessaire : la mise à plat des panneaux peints représentant la Crucifixion et, au revers, l'Annonciation et la Résurrection. Objectif : permettre aux restaurateurs d'accéder aux encadrements de ces panneaux peints. Des éléments fragilisés par le temps, qui n'ont jamais fait l'objet d'une quelconque restauration et qui, pourtant, ont toute leur importance dans la compréhension globale de l'œuvre. 

                                         

                                       Revivre la restauration du retable (suite)

 13/11/2020  d'un adhérent : un grand albarello espagnol  (XVIIIème siècle) d'une apothicairerie antonine vendu sur internet.

L'albarelle était la forme la plus répandue des pots de pharmacie. Vase en majolique, souvent de forme cylindrique, il était conçu pour servir à conserver drogues solides, onguents et plantes médicinales séchées des apothicaires. Celui-ci, à décor polychrome à rinceaux bleus et jaunes (couleurs antonines) et orné d'un Tau, relevait sans doute de l'apothicairerie d'un hôpital de l'Ordre. Ce type d'objet avec un Tau est devenu rare. 

Il contenait de la litharge : oxyde de plomb, résidu de la calcination de minerai de plomb (litharge d'or ou d'argent selon la couleur) obtenue en utilisnt d'autres métaux. Elle était employée comme dessicatif (desséchant), détersif et dans la préparation des emplâtres simples.